• Formations
  • Marine marchande
  • Devenir Mar-Mar

Etre officier de la Marine marchande : devenir « Mar-mar »

ENSM - Elève à Marseille

Naviguer sur toutes les mers du monde,
Assurer la sécurité des passagers et de l’équipage,
Transporter des milliers de conteneurs sur des navires de plusieurs centaines de mètres,
Amener le chargement et le navire au port,
Contribuer au développement durable des échanges mondiaux,
Promouvoir les valeurs des Hydros et des gens de mer : l’ouverture d’esprit, le respect, l’honnêteté, le loyauté, l’humilité, la polyvalence, le sens des responsabilités, la confiance en l’autre, la solidarité, la promotion sociale…
Télécharger le flyer OMM

Le métier d’officier de la marine marchande se caractérise par la diversité des compétences qu’il mobilise et l’ingéniosité qu’il requiert, résumée dans la formule : « faire avec les moyens du bord ».
Un officier de la marine marchande est un cadre autonome qui doit traiter au milieu des océans et sans assistance extérieure les problèmes qu’il rencontre, qu’il s’agisse d’un incendie, d’un accident, d’une piraterie, d’un arrêt de propulsion, d’un conflit social, d’un Homme à la mer ou d’un décès.

ENSM - Frederic Moncany - Cluster Maritime

Il gère des équipages multiculturels, largement masculins et négocie en anglais avec des agents, des fournisseurs de matériel et des chantiers navals. Ses diplômes lui donnent accès à des brevets internationaux dont les prérogatives lui permettent de naviguer pour toutes les compagnies et sous tous les pavillons du monde.

Qu’il traverse l’estuaire de la Gironde ou le Pacifique, il peut à tout moment être confronté à des situations où des vies et le navire sont en péril. Il est rompu à la gestion de crises.

L’Officier de la Marine marchande a été formé et s’entraine tout au long de sa carrière pour être également navigateur, mécanicien, pompier, médecin, manager, ambassadeur, électronicien, météorologiste, hôtelier, pharmacien, explorateur…

Quand il décide de poser sac à terre, sa formation et son expérience en font une valeur sûre pour sa propre compagnie (services armement, technique, opérations…), et pour des opérateurs exigeants : assureurs, grands groupes internationaux, industriels, acteurs du maritime et para-maritime…

La communauté des officiers français de la Marine marchande formés dans les Ecoles nationales de la marine marchande puis à l’Ecole nationale supérieure maritime se reconnait sous le nom de « Mar-mar », et d’ «Hydros », en référence aux écoles d’Hydrographies crées par Colbert.

Les officiers de la marine marchande exercent différentes fonctions :

Officier chef de quart machine (OCQM) : l'officier mécanicien est responsable de toutes les opérations d’entretien et de réparation des groupes électrogènes et des machines auxiliaires du navire. Il est placé au service "machine" sous les ordres directs du second mécanicien.

Officier électronicien et système de la marine marchande (OESMM) : leur métier consiste à intervenir sur tous les domaines de la technique industrielle où l’électronique, les réseaux, l’informatique sont implantés y compris les équipements de navigation, de radiocommunication ou de communication interne au navire et tous les systèmes de détection et de sécurité.

Second mécanicien : il est responsable de la propulsion du navire . Sous la direction du chef mécanicien, il encadre les officiers et les marins du service « machine » et a en charge toutes les opérations d’entretien et de réparation du moteur principal.

Chef mécanicien : il dirige le service machine. En pleine mer, le navire fonctionne en autonomie : à bord, il est responsable du bon fonctionnement de tous les appareils. Toutes les opérations d’entretien, de maintenance et de réparation des installations du navire se font sous sa direction.

Commissaire de bord : il a la responsabilité de tout ce qui concerne la réception, l’hébergement, la restauration et la distraction des passagers d’un paquebot de croisière ou d’un car-ferry, seules embarcations où ce métier existe au sens strict.

Le chef de quart passerelle, ou lieutenant pont, est l'officier qui prend les décisions pour assurer la bonne marche du navire lorsque celui-ci est en navigation, et participe aux opérations commerciales lorsque le navire est à quai.

Second capitaine : bras droit du capitaine (commandant), le second capitaine gère le service pont. Il a en charge la stabilité et la sécurité du navire. Il dirige les opérations commerciales, embarquement et débarquement des passagers et de la cargaison, les relations avec les agents de l’armateur, dans les différents ports d’escale. Il assiste le commandant à la passerelle lors des manœuvres d'accostage et d'appareillage. Il est responsable de la propreté et de l'hygiène à bord : cabines, locaux, magasins, chambres froides et cuisine.

Capitaine : au plus haut de la hiérarchie des officiers, il a sous ses ordres un équipage dont l'importance varie selon la taille du navire et le type d'activité.

Commandant est un titre, pas une fonction. C’est celui donné au Capitaine, parce qu’il commande « l’expédition maritime ».

Pilote maritime : le pilote de port est le conseiller et l'assistant technique du capitaine lors de l'arrivée ou d'un départ d'un navire. Attaché à un port, il le connaît parfaitement avec ses particularités techniques, ses zones de navigation, son organisation et ses différents services au navire.

Lexique du transport maritime d’Armateurs de France

Ils ont fait l’Hydro

La première femme Commandant d’un navire pour la Corse, La Méridoniale (2011)

Ladies In Blue, magazine par CMA-CGM Group

Article de France 3 Bretagne sur Charles Claden, datant du 19/12/2013

Témoignage de Mathieu - étudiant à l'ENSM du Havre, Paris-Normandie (05/02/2016)

Cargos et paquebots

 

Imprimer E-mail

.   .   .   .